Accueil cabinetAccueil bureauAccueil coolsculptingAccueil laserAccueil médecine esthétiqueAccueil luminaire

<

>

Photothérapie dynamique (PDT) pour le traitement des carcinomes et tumeurs malignes

Le taux de cancers cutanés se développe plus rapidement que n'importe quel autre cancer. Lecancer cutané superficiel est de loin le plus commun de tous les cancers (36% du total).

 

La thérapie par la lumière dite Photodynamique (PDT) est utilisée pour le traitement des patients à peau claire qui présentent des dysplasies cutanées à répétition du fait le plus souvent d’expositions solaires anciennes et répétées (kératoses actiniques et carcinomes). Elle est recommandée pour les traitements des états oncologiques et non-oncologiques de la peau, en particulier pour les lésions présentes dans une zone sensible, anatomiquement difficile ou pauvre en sites cicatriciels.

Le traitement

La photothérapie consiste à traiter la peau par la lumière émise par une diode électroluminescente (DEL). Cette technologie facilite la guérison, le renouvellement cellulaire ou exerce un effet purifiant via un effet photochimique. Il s’agit d’une alternative à la chirurgie lorsque les lésions sont encore superficielles.

La thérapie PDT combine l'application topique d'un actif photosensibilisant à la lumière. La substance, appliquée sur la peau sous forme d’un liquide ou d’une crème, contient de l’acide aminolévulinique (5-ALA-HCL) ou l'aminolévulinate de méthyle (MAL). Elle est plus particulièrement absorbée par les tissus malades et les glandes sébacées. L’exposition à la lumière bleue ou rouge, réalisée avec une lampe spéciale, active cette substance photosensibilisante. Les cellules qui se divisent trop vite seront ainsi détruites par cette combinaison de crème et d’exposition à la lumière.

Les bénéfices

L’intérêt essentiel de la photothérapie dynamique est de permettre l’élimination pratiquement sans cicatrice des lésions précancéreuses de la peau et de certains cancers. Cette technique permet aussi de traiter simultanément plusieurs lésions. Non invasive, elle donne peu de cicatrices, peu d’achromies, des effets secondaires minimes et d’excellents résultats.

Les résultats

Une importante réaction inflammatoire locale, et une destruction spécifique des tissus cancéreux en 5 jours en moyenne, sans aucune cicatrice, avec une amélioration notable de la qualité de la peau secondaire à un remodelage tissulaire conjonctif.

Les indications au traitement

Présence de dysplasies épidermiques encore superficielles, avant l’invasion du derme, pas de grosse insuffisance hépatique (pas de notion de porphyrie en particulier), pas de traitement photosensibilisant.

Les inconvénients

Il arrive que la séance d’illumination soit douloureuse, mais c’est au médecin de gérer, afin que celle-ci se déroule le plus confortablement possible; plus il y a de cellules dysplasiques, plus la production de protoporphyrine IX est intense, plus la réaction phototoxique est importante et plus la douleur est prononcée: elle se compare à celle d’une brûlure du deuxième degré, mais ne dure pas.

 

La zone traitée ne doit pas être exposée à la lumière, quelle qu’elle soit, durant les 24 heures qui suivent, au risque d’un sur-traitement; ainsi le patient doit repartir avec un pansement couvrant qu’il gardera 24 heures, et bien sûr ne pas s’exposer au soleil dans les jours qui suivent, et appliquer une protection par écran minéral pour sortir.